40 ans – 40 réserves naturelles – Scheierbierg

Le Scheierbierg fait partie de la dorsale qui sépare la vallée de la Moselle de la vallée de Trintinger ou d’Erpeldingen.

Le sous-sol géologique se compose principalement de roches tendres riches en calcaire. En s’érodant, elles laissent derrière elles un paysage de crêtes modelées en douceur, qui se transforment régulièrement en pentes abruptes ou en rigoles d’érosion profondément entaillées. La réserve naturelle offre une mosaïque colorée de différentes associations de prairies, de friches et de buissons, voire de peuplements forestiers fermés. Sur les pentes plus raides, des arbres fruitiers ont été plantés par endroits et les prairies ont continué à être pâturées de manière extensive. Depuis une quinzaine d’années, ces surfaces sont entretenues avec beaucoup d’engagement par des bénévoles et des membres des sections de Remich, Bettembourg et Mondercange. Aujourd’hui le Scheierbierg compte parmi les pelouses semi-sèches les plus précieuses du sud-est du pays, riches en orchidées, comme : orchis pourpre (Orchis purpurea), ophrys holoserica, gymnadenia conopsea, listère ovale (Listera ovata), jacinthe des bois à deux feuilles et verte (Platanthera bifolia et P. Chlorantha) et coenoglosse vert (Coenoglossum viride). En outre, on y trouve d’autres espèces rares et protégées, comme la gentiane frangée (Gentiana ciliata), le mélampyre des champs (Melampyrum arvense), la sauge des prés (Salvia pratensis), colchique d’automne (Colchicum autumnale), genêt des teinturiers (Genista tinctoria), ononis spinosa, brize moyenne (Briza media), centaurée scabieuse (Centaurea scabiosa) et de nombreuses autres plantes des pelouses semi-sèches.

Text: Fondation Hëllef fir d’Natur
COPYRIGHT: Nordliicht.lu